Le portail du bien-être
publier une annonce

Accueil > Développement personnel > Article Développement personnel > L’ennéagramme, un outil de connaissance de soi

Article Développement personnel


WORKFLOW
Interview

L’ennéagramme, un outil de connaissance de soi

« Quelle est ma place ? Pourquoi je me retrouve toujours dans telle situation, émotion ou sentiment ? ». Afin de mieux se connaître, l’ennéagramme est un outil qui permet de prendre conscience de son fonctionnement et de ses motivations profondes. Une prise de conscience pour son évolution, vers une meilleure communication et harmonie autant personnelle que relationnelle. Interview de Fabienne Kane, animatrice de stages d'Ennéagramme.

L’ennéagramme, un outil de connaissance de soi - Interview de Fabienne Kane

Références Bien-Etre : pouvez-vous nous décrire ce qu’est l'ennéagramme ?
Fabienne Kane : j’aime à dire que l’ennéagramme est un outil à la portée de tous qui donne le « mode d’emploi de l’être humain » en le déclinant à travers 9 types de personnalités.
Avec ces 9 types, nous découvrons 9 façons fondamentalement différentes de penser, de ressentir, de se comporter, nous découvrons des croyances différentes, des motivations différentes, des conditionnements différents...

L’ennéagramme nous aide à prendre conscience des comportements automatiques que nous avons mis en place enfant pour notre survie et qui freinent l’évolution et l’épanouissement de l’être. Il permet de nous comprendre en profondeur mais également de comprendre les autres en profondeur ce qui aide notamment à moins juger et à mieux communiquer.

Il met en évidence les dysfonctionnements, les défauts, mais également les qualités, les dons, la vocation. Il nous aide à accueillir l’ombre et la lumière que nous portons en nous.

Ce que je trouve merveilleux, c’est qu’il nous donne des clés pour découvrir qui nous sommes vraiment, donc pour nous reconnecter à notre nature profonde, à la source. A ce titre, je considère l'ennéagramme comme un outil sacré d’ouverture et d’éveil qui devrait être enseigné à l’école !
 
RBE : l'ennéagramme comprend 9 types de personnalités. Pouvez-vous nous en parler ?
F.K. : certains auteurs et enseignants, qualifient chacun des 9 types par un nom : le perfectionniste, l’altruiste, le battant, le romantique, l’observateur, le loyaliste, l’épicurien, le protecteur, le médiateur. 

Jusqu’à présent, j’ai préféré les qualifier avec leur numéro car je trouvais que les mots utilisés pouvaient être réducteurs et enfermant ce qui n’est surtout pas le but. De plus, les mots ci-dessus expriment parfois des défauts, parfois des qualités, ce qui ne me paraît pas tout à fait cohérent.

Toutefois, avec le recul, j’ai réalisé qu’il pouvait être utile d’imager, alors je suis en train de réfléchir à des noms les plus cohérents possible avec la façon dont je ressens l’ennéagramme.

RBE : comment fonctionne l’ennéagramme ?
F.K. : les 9 types sont répartis autour d’une figure géométrique constituée d’un cercle contenant un triangle équilatéral et un polygone. Ils sont reliés entre eux par des traits et courbes que l’on nomme les flèches et les ailes. Ces liens représentent les interactions entre les types.

L’idée est de reconnaître son type de base au travers des exemples, des exercices et des explications. Les types sont tout d’abord décrits dans les fonctionnements les plus « sombres », parce qu’on se reconnaît mieux dans des comportements qui nous dérangent, pour ensuite être déclinés dans leurs côtés « lumineux », dont on n’a souvent pas assez conscience. La prise de conscience aide beaucoup à accepter puis à transformer les choses.

Prenons une personne dont la personnalité de base est de type 3. L'ennéagramme nous montre que ce type existe aux yeux des autres à travers ses réussites et ses succès.
Quand il était petit, ses parents l'ont peut-être poussé à faire de la compétition, l'ont encouragé à être le meilleur, à briller, à se battre. Ses parents étaient peut-être en échec et c’est lui qui devait les « venger ». On l’a félicité pour ses bonnes notes et il a grandit avec l’idée qu’il était génial.

Pour lui, l’échec est inconcevable alors il fait tout pour réussir. Il va même jusqu’à mentir, à tromper les autres, à les flatter pour obtenir ce qu’il veut. Il est souvent imbu de sa personne, il se vante, il se montre, il est devant, c’est un battant. Il est aussi très attaché à l’image et il s’efforce constamment de correspondre à ce qu’on attend de lui. C'est un acteur qui a une grande faculté d’adaptation.
C’est aussi un bourreau du travail qui sacrifie sa vie privée. Il est toujours en mouvement, n’arrive pas à s’arrêter. Il n’existe que dans le faire. Il n’est pas en lien avec ses sentiments profonds, avec ses émotions, avec ses vrais besoins.

Ce n’est souvent pas facile de prendre conscience que ce fonctionnement est préjudiciable car la société dans laquelle nous vivons prône les qualités du type 3. Nous en voyons bien le prix à payer... combien de burnout, de dépressions, de mal-être parce que nous sommes déconnectés de nous-même.

Cette personne va devoir apprendre à lever le pied, à entrer en communion avec son être intérieur, à prendre le temps de prendre son temps.
Elle doit apprendre à ouvrir son cœur, à découvrir l’empathie, à prendre l’autre en compte, à devenir loyale...
Enfin, elle va prendre conscience que ce n’est pas ce qu’on fait qui est important mais bien ce qu’on est et elle ne va plus être obligée de faire quelque chose pour se sentir exister.
Elle va de plus en plus manifester sa vertu qui est l'authenticité.

Il est évident que cette problématique peut parler à tous à un certains niveau, mais le type 3 est celui qui est le plus concerné.

RBE : a-t-on chacun une seule base ou plusieurs ? Et peut-on en changer durant sa vie ?
F.K. : s’il nous arrive à tous une fois ou l'autre d'obéir à chacun des 9 schémas décrits par l’ennéagramme, nous avons tendance à privilégier l'un d'entre eux, celui qui est à la base de notre personnalité.

L’ennéagramme est un outil d’ouverture, donc je ne dirais pas que l’on change de base durant sa vie mais plutôt qu’on évolue. En évoluant on peut acquérir les qualités des autres bases.

RBE : y a-t-il des points communs avec d’autres systèmes, par exemple la numérologie ?
F.K. : je connais un peu la numérologie et dans les stages que j’anime je présente un parallèle entre numérologie et ennéagramme. Dans les deux cas, nous utilisons des chiffres donc il y a forcément des similitudes. La différence principale est que dans la numérologie on se base sur des calculs à partir de la date de naissance pour déterminer notre profil alors que le type ennéagramme n’est pas déterminé par un calcul.

On peut aussi faire des liens avec les thèmes de naissance (en astrologie ou avec le tarot), dont les calculs se basent également sur la date de naissance.

En fait, quand on s’intéresse aux différents outils de connaissance de soi, à la spiritualité et tout ce qui l’entoure, on se rend compte que tout se rejoint et tout est complémentaire. J'adore faire ces liens et trouve ça passionnant !
 
RBE : dans quelles circonstances peut-on utiliser l’ennéagramme ?
F.K. :  il n’y a pas de circonstances particulières pour utiliser l’ennéagramme. La vie est la circonstance.

Ce n’est pas une technique que l’on acquiert comme le reiki, les massages, l’aurathérapie, l’astrologie ou encore la PNL,... C’est quelque chose qui est en nous et qui nous accompagne tous les jours, quelque chose qui nous aide à ouvrir notre regard.

C'est un outil très utile pour les thérapeutes puisqu'il permet de mieux cerner les personnes qu'ils accompagnent, donc de pouvoir mieux les aider.

Le jour où j'ai découvert l'ennéagramme tout a changé pour moi. J'ai appris à mieux me connaître, à me reconnaître, j'ai enfin compris mes fonctionnements, compris pourquoi je revivais les mêmes histoires, j'ai pris conscience des mécanismes inconscients qui m'animaient et aujourd'hui je n'en suis plus victime.

J’ai essayé des dizaines et des dizaines d'outils ou de techniques pour aller mieux, mais avec l’ennéagramme j'ai découverts plus qu'un outil : j'ai intégré une nouvelle façon de me regarder, de regarder l'autre et de regarder le monde.
J’ai ouvert les bras à l’Amour.


Fabienne Kane consulte et anime des stages sur l’ennéagramme. Pour en savoir plus : www.fabiennekane.ch

Interview réalisée par Nicole Bally ©Références Bien-Être
08.2015


L'Ennéagramme et les 9 types de personnalités