Le portail du bien-être
publier une annonce

Accueil > > Références bien-être > Les constellations familiales

Références bien-être


WORKFLOW
Interview de Lucien Essique, thérapeute et auteur « Les constellation familiales... »

Les constellations familiales

C’est au salon du Mieux-Vivre à Fribourg que nous avons rencontré Lucien Essique pour son dernier livre « Les constellations familiales, un chemin vers l’acceptation et l’amour » paru aux éditions Dangles. Une belle rencontre avec un thérapeute, un auteur, mais surtout un homme de cœur.

Les constellations familiales

Références Bien-Etre : Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est une constellation familiale et comment se déroule-t-elle ?
Lucien Essique :
Une constellation familiale est une exploration de votre système familial. A partir de votre question, de votre difficulté, vous allez pouvoir par ce travail prendre conscience des intrications (liens contraignants) qui ont tendance à bloquer votre vitalité, votre posture de vie. Ces liens sont le rappel de personnes qui ont vécues des destins tragiques et qui sont exclues de la conscience collective. Les constellations sont la plupart du temps vécues en groupe, des représentants incarnent des personnes de votre famille connues ou non connues. Par les manifestations (phénoménologie) qui vont se mettre en œuvre, vous allez percevoir les sources de votre mal-être, vous pourrez intégrer cette personne, mettre des mots sur les répétitions inconscientes et vivre votre vie avec plus de légèreté et à votre véritable place.  
 
RBE : Quels problèmes peut-on aborder en constellations familiales ?
L.E. :
De nombreuses difficultés auxquelles vous ne pouvez pas identifier la source. Ce qui revient souvent ce sont : la difficulté de trouver sa place, les situations liées à la perte d’un être cher, les maladies, les somatisations, les répétitions traumatiques, les pertes d’énergie, les blocages de tous ordre que cela soit dans la vie personnelle et ou professionnelle… La liste est longue !
 
RBE : Doit-on traiter un sujet à la fois, ou peut-on simplement placer notre cercle familial sans intention de départ ?
L.E. :
Tout est possible dans l’absolu, mais ce qui est demandé et ce qui me semble plus judicieux, c’est de partir d’une difficulté que vous vivez et qui vous mobilise. C’est ici que vous allez pouvoir entendre les racines de votre mal-être.
 
RBE : Quand on parle d’exclu dans le cercle familial, cela se rapporte-t-il toujours à une personne décédée dont nous avons pris le relais en quelque sorte ?
L.E. :
Le terme d’exclu est souvent mal interprété, il est important de comprendre ceci, de nombreux non-dits sont entretenus, rapportés pour masquer une page peu glorieuse de l’histoire familiale ou profondément tragique ; tout ceci se réalise souvent avec une intention positive, celle de ne pas froisser les descendants. Mais dans votre système de vie, si je prends pour exemple la fratrie, il est possible qu’une fausse-couche, un avortement soit caché et pourtant cela risque d’avoir de forts retentissements. Les exclus peuvent être des personnes vivantes, un père n’ayant pas reconnu son enfant, un jeune ayant coupé les ponts avec sa famille d’origine, mais aussi des personnes décédées depuis quelquefois de nombreuses années, il m’est arrivé de remonter jusque la révolution française, 1789 ! Un exclu peut être une personne suicidée, un ancêtre mort à la guerre, une personne extradée, déshéritée, une femme morte en couche, un jumeau perdu dans la vie intra-utérine…
 
RBE : Est-ce le ressenti non exprimé ou non entendu qu’a pu avoir la personne exclue, plutôt que les faits extérieurs, qui est important d’être mis à jour ?
L.E. :
C’est une dynamique familiale empreinte de ressentis. Voyez-vous une maman qui perd un enfant, rien durant sa vie ne viendra étancher son chagrin et les autres enfants vont porter la tristesse des parents et aussi intégrer que leur vie est difficile, pourquoi est-il mort et moi je vis ? Ils seront beaucoup moins vus par les parents… Quand cela n’est pas travaillé du vivant de la personne, des missions de fidélités inconscientes vont être nourries. La culpabilité est ainsi transmise de génération en génération, la colère aussi, des morts en bas âges sont rappelées ultérieurement par d’autres morts dans des circonstances identiques, parfois aux dates anniversaire.
 
RBE : La prise de conscience se fait-elle en général lors de la constellation familiale ou plus tard ?
L.E. :
La prise de conscience se fait pendant la constellation, mais le changement s’opère de façon différente. Ce peut-être immédiat, ou de façon très rapproché (3 ou 4 semaines) ou alors dans le temps. Cela dépend des dynamiques et du niveau d’acceptation de la personne. Et puis chacun avance à sa mesure ! J’ai constaté des maladies qui cédaient à l’issue de la constellation.

RBE : Lors d’une constellation familiale, les personnes qui « jouent » le rôle d’un membre de la famille peuvent ressentir les mêmes émotions ou symptômes durant la séance ?
L.E. :
Ce qui est surprenant pour beaucoup c’est que le représentant alors qu’il ne connaît pas l’histoire, le vécu, des membres de la famille qu’il représente, va ressentir des symptômes, des perceptions, des messages, des visions. Il va reprendre des comportements qui ne sont pas les siens, des signes très clairs irréfutables peuvent se produite par exemple : un goût de tabac dans la bouche chez quelqu’un qui ne fume pas, un cœur qui s’accélère, une démarche boiteuse, des façons de parler, des respirations difficiles ; dans un rôle que j’avais pris je me suis mis à danser en claquant des doigts, la personne pour qui je faisais la constellation, était ébahie, sa tante dansait ainsi…
 
RBE : Une fois la famille symbolisée et mise en place, comment fait-on pour rétablir l’ordre ?
L.E. :
Rien !!! Je plaisante, mais c’est un peu cela, tout va se mettre en ordre grâce à la phénoménologie (tous les comportements, les messages inspirés par un champ de conscience qui se manifeste). Je crains de perdre ici le lecteur ! De façon plus claire, quand les représentants sont placés par la personne qui réalise sa constellation, c’est souvent une représentation du système en désordre. Le travail du « constellateur » va être de suivre tous ces indices, de repérer la dynamique familiale, d’introduire parfois d’autres représentants. Vers la fin de la constellation, le système sera en place et quelques messages énoncés par le représentant du patient, puis par ce dernier vont permettre de réintégrer les exclus et donc de rétablir l’harmonie. Tout ceci se vit, je ressens de véritables champs énergétiques qui se manifestent. Difficile à décrire, plus facile à vivre !
 
RBE : Les constellations familiales en individuel ont-elles le même impact qu’en groupe ?
L.E. :
OUI, je constate de réelles avancées et certaines personnes se sentent mal à l’aise de travailler en premier lieu dans un groupe. Maintenant l’énergie du groupe est très forte et si les racines du mal-être sont très lointaines, j’ai tendance à préconiser le groupe. Mais tout est possible.
 
RBE : Quels sont les effets des constellations familiales ?
L.E. :
Il y a des effets en rapport avec la demande, une maladie peut céder, la personne se sent davantage à sa place, elle va pouvoir réaliser pleinement ce qu’elle attendait. Il va y avoir des effets systémiques, à savoir quand vous travaillez sur la conscience collective et familiale vous allez percevoir des changements dans les relations. J’ai reçu récemment de nombreux témoignages, j’ai constaté des migraines céder, des femmes qui restaient couchées une partie de la journée dans un mal-être absolu, vivent maintenant leur vie avec plaisir, je constate des rencontres amoureuses se produire, des colères qui se taisent pour plus de vitalité, des ventes de bien qui étaient bloquées de réaliser… Le livre est émaillé d’exemples.
 
RBE : Le titre de votre livre est « Les constellations familiales, un chemin vers l’acceptation et l’amour ». Le mot Amour semble atteindre ici une autre dimension, avec un grand A ?
L.E. :
Oui, j’ai découvert cette source d’Amour qui dépasse toutes les représentations que nous nous faisons. Au-delà de la vie, il est possible de s’harmoniser sur une fréquence d’amour qui aplanit toutes les sources de désunions existentielles. Pourquoi ne pas rejoindre ce niveau d’Amour lors de notre vie, apaiser nos souffrances et le transmettre. Ce travail m’a ouvert à une spiritualité vivante et ancrée sur le vécu. Rien que pour retrouver plus de paix et d’amour, je recommande à celles et ceux qui le souhaiteront d’engager ce travail. Il ouvrira vos perceptions, j’ai ainsi une autre vision de la mort, je me sens aujourd’hui libre et vivant comme jamais. C’est une thérapie qui se caractérise par cette prise de conscience interne, systémique et universelle, il existait dans les années 60 un slogan « faites l’amour et pas la guerre », ici il s’agit plutôt de «  retrouver la paix en vous et diffuser l’Amour », il répare, il unit, il guérit, il est source d’espérance.
Je reviens dans votre beau pays à la fin du mois de mars pour la sortie de mon prochain livre, j’aurai plaisir de vous retrouver !
Bien à vous
 
Lucien ESSIQUE est thérapeute à Paris, formateur et consultant en relations humaines. Émerveillé par les possibles d’évolution de l’être, il nous invite à ouvrir une nouvelle voie : celle de l’harmonisation de notre être sur la fréquence de l’amour. Il dispense aujourd’hui de nombreuses formations, il anime et forme des personnes aux constellations familiales et les accompagne vers plus d’amour et de libération.

Interview réalisée par Nicole Bally ©Références Bien-Etre 12.2013




Lucien Essique
Les constellations familiales
Un chemin vers l'acceptation et l'amour
Editions Dangles














Nouveauté 2014:

Soigner les blessures de l'enfance, pour construire son chemin de vie